Les heures de délégation CSE
20 avril 2022

Vague de chaleur en août : quelles conséquences sur notre corps ?

Vague de chaleur en août conséquences sur notre corps

En juillet, l’ensemble de la France a été touché par une vague de canicule et de sécheresse historique marquée par des chaleurs extrêmes. Mais la deuxième partie de l’été s’annonce encore plus compliquée, avec un mois d’août qui sera encore plus chaud mais aussi plus orageux que le mois de juillet. De nouveaux records de chaleur sont attendus et cela n’est pas sans conséquences sur notre environnement et notre santé. On fait le point dans cet article.

Des conséquences historiques

Plusieurs records historiques battus

Avec une température moyenne de 32,9°C et seulement 8 millimètres de précipitations, toujours en moyenne, ce mois de juillet a battu des records en France. En comparant la moyenne des températures relevées chaque année depuis 1947, année de création de l’indicateur thermique national, on se rend compte que le mois de juillet 2022 fait partie des plus chauds jamais enregistrés. C’est surtout l’ouest et le sud de la France qui ont vu le thermomètre s’affoler et battre des records de températures absolus, comme par exemple à Perpignan, Nantes ou encore à Dieppe. Cette vague de chaleur a été accompagnée d’un épisode de sécheresse causé par un déficit énorme de précipitations, faisant de ce mois de juillet le plus sec jamais enregistré depuis le début des mesures de Météo France.

Au cours des dernières décennies, les vagues de chaleur recensées par Météo France ont été de plus en plus nombreuses. Météo France a ainsi constaté qu’elles ont été 3 fois plus nombreuses sur les 35 dernières années (en comparaison avec les 35 années précédentes), et que le nombre de jours de vagues de chaleur a été multiplié par 9 depuis 1947. Ces épisodes de chaleurs extrêmes ne sont donc pas nouveaux mais deviennent plus fréquents et plus précoces d’années en années, notamment à cause du réchauffement climatique qui devient une réalité.

Des conséquences environnementales graves

La vague de chaleur qui a frappé l’hexagone cette année s’est révélée dévastatrice pour la nature, la faune et la flore. Comme mentionné précédemment, c’est tout d’abord la sécheresse qui a touché le pays dès le début du printemps, soit plus précocement que les années précédentes. En ce début août, ce sont tous les départements qui sont placés en vigilance canicule et qui subissent ainsi des restrictions des usages de l’eau. Cet assèchement des sols et de la végétation a favorisé l’apparition de feux de forêt, qu’ils soient d’origine accidentelle ou criminelle, et on dénombre jusqu’à présent 173 incendies et plus de 40 000 hectares de forêt brûlés. Les conséquences de ces incendies sont elles aussi dramatiques : destruction de la faune et de la flore, dégâts humains et matériels. Mais la canicule ne touche pas seulement la terre, les mers et océans sont eux aussi concernés et on a pu observer une canicule marine durant ce mois de juillet 2022. C’est  notamment le cas en mer Méditerranée qui a vu sa température dépasser de 5°C les moyennes habituelles. Ce type de canicules est aussi dangereux que les canicules terrestres, provoquant la mort massive de plantes et la migration inhabituelle de certains animaux marins.

Des dangers pour notre santé

Des effets sur notre corps à ne pas négliger

L’augmentation progressive des températures depuis plusieurs années et les vagues de chaleur que nous vivons chaque année ne sont pas sans danger pour notre santé, et plus particulièrement pour les personnes qui travaillent en extérieur ou dans des lieux non climatisés. En effet, au-delà de 28°C, la chaleur peut constituer un risque pour les salariés effectuant un travail nécessitant une activité physique. Ce risque devient très important à partir de 33°C et peut causer des coups de chaleur plus ou moins graves. Les symptômes de ces coups de chaleurs peuvent être nombreux : fièvre, pouls et respiration rapides, maux de tête, nausées et vomissements, peau sèche, rouge et chaude, confusion, comportement étrange, délire ou convulsions, fatigue, crampe, voire même perte de connaissance de la victime.

Préserver sa santé grâce aux bons réflexes

Heureusement, afin de prévenir les coups de chaleur et ainsi préserver sa santé, il existe des bonnes habitudes à adopter, dans le cadre du travail mais aussi dans la vie privée.

  • Consulter la météo la veille afin de pouvoir adapter vos activités aux conditions météorologiques. Pour les salariés, cela peut aussi permettre d’aménager les horaires de travail afin de limiter l’exposition à la chaleur et au soleil.
  • Augmenter la fréquence des pauses de récupération dans des lieux frais et boire fréquemment de l’eau fraîche tout au long de la journée.
  • Les salariés doivent, dans la mesure du possible, éviter le travail isolé et limiter ou reporter les tâches nécessitant un effort physique.
  • Si vous devez être équipé d’EPI, il faut qu’ils soient compatibles avec les fortes chaleurs.

En résumé, le travail en température extrême n’est pas sans risques. Si vous devez travailler durant ce mois d’août caniculaire, il est donc conseillé de prendre toutes les précautions nécessaires pour ne pas être victime d’un coup de chaleur. Vous devez aussi appliquer ces conseils dans votre vie privée et faire attention à vos proches les plus vulnérables.

X